Pouvoir pourvoir.

République, plus de chef (l’autoritarisme, fondé sur l’obéissance, régressive, est propice à la prédation, dont toute insuffisance est la condition).
Unanimité en complémentarité (consensus par concession).
Voilà la démocratie désirée (espérée).

Mais une conviction (relative à soi) est consistante, assure et valorise.
Voilà la rétrogression, l’adoption d’un ersatz de démocratie, d’un autoritarisme plus ou moins « modéré ».
La certitude (savoir serait absolu, ultime), occultant le doute (l’ignorance), est mensongère (trompeuse), fige.

Liberté: maîtrise de soi \ sentimentale.
Egalité: de qualité affine \ estimable.
Fraternité: en communion \ identifiable.

La communauté (individuelle coexistence, existentielle communion, amicale, chacun découvre l’Autre, s’accorde, tend à aimer, partager), condition naturelle, est préventive.
Son principe est l’entraide et son dessein, le bien-être (de chacun).
Elle implique la sincérité et la réciprocité, la confiance.

Son système de fonctionnement, l’échange, est caduc. Les centralisation et automatisation de la production sont exclusives, aussi de la distribution.
Voilà la précarité (les circulation et répartition monétaires sont contrariées).

Les production, distribution et communication se mondialisent (réunissent les identités et généralisent les opinions) anarchiquement.
Voilà le général nationalisme (tribalisme, territorialement consolidé, contrôlable), préservatif (de la relative et subjective définition de soi), par appréhension de la changeante et perturbante (mélange les cultures) évolution globale (l’histoire du monde), éventuellement accentué par la nostalgie, d’identités particulières et générationnelles (identifications communautaristes, ignorantes des autres, comme si ils n’appartenaient pas à « notre » monde, potentiels adversaires, « inférieurs et comme contagieux », faute de communication interculturelle, instructive et normative), demeurant et subordonnant (de la douceur ici est par de la douleur là bas).
Europe, voilà un nouvel entre-nous, continental et monopolistique.

Le communautarisme, nous séparant et nous isolant (réduit le monde, sur lequel s’applique la morale à l’appartenance, à ce qui n’est que partage), se résoudra par la coopération, niveleuse de l’état général.
L’identité, culturelle et cultuelle, est expansible (mais nous craignons le manque). 

Chaque jour renaît le monde, depuis je suis du passé (mon constituant). J’y demeure après chaque pas (vers l’avenir).

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s